Interview de DirtyVonP par Asian winds

0
1210
dirtyvonp-asianwinds-shibari

Une très belle interview réalisé le 31 Aout 2016 par  
Seconde partie de notre série sur l’art symbolique du shibari. Aujourd’hui, nous rencontrons Alex « DirtyVonP », attacheur et photographe.

Tout au début, c’est le côté esthétique du shibari qui m’a attiré. Je venais de me mettre à la photo, et je suis tombé sur les travaux de Rumen Basheff – un Américain qui prend des clichés très léchés, vraiment très beaux. J’ai donc voulu photographier des pratiquants de shibari à mon tour, mais c’est compliqué quand on ne connaît ni la pratique, ni le milieu. Je me suis pris plusieurs vents, avant de me dire que finalement, le plus simple, c’était encore d’apprendre à se servir des cordes.

Le pratiquant de shibari cherche avant tout à créer un lien avec son partenaire.

C’est après avoir pris mes premiers cours à l’École des cordes avec Riccardo « Wildties » que j’ai compris ce qu’était le shibari, et qu’avant l’esthétique, c’était l’émotion, et le fait de la transmettre à travers les cordes, qui comptaient. Les cordes, elles, ne sont qu’un outil. Entre l’attacheur et l’attaché•e, il y a cet échange permanent, qui va s’étendre, qui va durer, et qui va finalement créer une belle histoire. Et quand bien même ce cadre particulier finit par donner un résultat esthétique, ce n’est pas ce que l’on va rechercher au départ. On va d’abord chercher à créer un lien entre deux personnes. Quelque chose d’humain.

La suite de l’interview se trouve ici.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici